Naître à la présence (I)

 

Vous trouverez-ci-dessous les textes proposer lors de la première étape de la retraite du 23-25 Août dernier

1èreÉtape: Présence à l’Autre en moi

visage de Marie-Madeleine
Abbaye de Solesme (Sarthe)

Texte de François Darbois Une intériorité ouverte

(Thèse page 303  3.2.1 – Une intériorité ouverte)

«Vous étiez au-dedans de moi et moi, j’étais en dehors de moi!»On ne peut suggérer plus brièvement que la transcendance divine représente, par rapport à nous, un excès d’intériorité. «Le Verbe est en nous et nous, nous ne sommes pas en Lui.» Dans cette expérience, Augustin «est passé du dehors au-dedans quand il a rencontré au plus intime de lui-même la beauté si antique et si nouvelle. C’est Dieu qui l’a jeté dans son intimité; il était incapable d’y entrer par luimême… On n’entre pas dans son âme comme on entre dans un moulin; notre âme est un sanctuaire… un secret inaccessible tant qu’il ne nous est pas révélé dans une rencontre avec Dieu, qui constitue pour nous une véritable nouvelle naissance.»

Augustin est vraiment né à lui-même et a changé de « moi » en s’apercevant que, pour «naître à la vérité, il faut comme Nicodème naître de nouveau, et on ne peut naître de nouveau que dans la rencontre avec cette présence “plus intime à moi-même, dira Augustin, que le plus intime de moi-même”. “Tu es la Vie de ma vie, et c’est en adhérant de tout mon être à toi que je serai enfin vivant; si j’adhère de tout mon être à Toi: vivante sera ma vie, toute pleine de Toi”.»Zundel citera cette expérience d’Augustin à chacune de ses retraites.

Prendre un temps de silence méditatif

Texte de Maurice Zundel – Le mystère de l’Église

Extraits d’une conférence donnée à Saint Germain en Laye, Dimanche 6 octobre 1974.

Dieu ne peut se trouver que là où l’homme se trouve et Augustin nous a rendu sensible cette simultanéité de l’expérience de l’homme et de l’expérience de Dieu, car aussitôt qu’il a rencontré Dieu, il s’est rencontré lui-même. C’est à partir de cette beauté si antique et si nouvelle, ressentie comme intérieure à lui-même, qu’il a accédé à sa propre intimité et que, pour la première fois, il est devenu réellement lui-même – le vrai lui-même – en passant du dehors au-dedans et du moi possessif au moi oblatif. Et il en a été tellement comblé qu’il n’a pas cessé de célébrer cette libération, avec un lyrisme admirable et d’une profondeur infiniment humaine.

[…]Et c’est cela, en effet, qui importe. Il y a mille expériences qui sont marginales, mais l’expérience qui intéresse cette relation mystique est première et c’est toujours à elle qu’il faut se référer. Si donc nous voulons atteindre l’essence de l’Évangile, l’essence du message de Jésus, il faut le prendre à son sommet et à sa source qui est la Trinité divine.

Pour nous intéresser à cette Trinité, pour la percevoir comme quelque chose qui nous intéresse et nous passionne, comme quelque chose qui mord sur notre vie, comme quelque chose qui est infiniment actuel, il faut nous rappeler ce qui est élémentaire: que notre libération s’accomplit en passant du donné au don et que ce don lui-même ne peut se faire qu’à quelqu’un qui est capable de l’assumer, parce qu’il est incapable de le posséder. C’est parce que cette beauté si antique et si nouvelle se révèle comme purement donnante, comme purement libératrice, comme infiniment respectueuse de notre inviolabilité, qu’elle est perçue comme le souverain bien.

[…]Toute vie professionnelle, quelle qu’elle soit, part de l’homme et va vers l’homme; elle est en contact, plus ou moins proche ou plus ou moins lointain, avec l’homme. C’est à l’homme, finalement, qu’elle aboutit. C’est en l’homme qu’elle produit un résultat. Mais l’homme n’est l’homme authentique que dans la mesure où il vit de cette Présence infinie. Et donc toute profession, quelle qu’elle soit, ne peut être que le sacrement de cette activité essentielle qui est de communiquer Dieu, ce qui revient à faire naître l’homme en naissant nous-même à Dieu…

Prendre un temps de silence méditatif

Évangile selon saint Jean Chapitre 3

01 Il y avait un homme, un pharisien nommé Nicodème; c’était un notable parmi les Juifs.

02 Il vint trouver Jésus pendant la nuit. Il lui dit: «Rabbi, nous le savons, c’est de la part de Dieu que tu es venu comme un maître qui enseigne, car personne ne peut accomplir les signes que toi, tu accomplis, si Dieu n’est pas avec lui.»

03 Jésus lui répondit: «Amen, amen, je te le dis: à moins de naître d’en haut, on ne peut voir le royaume de Dieu.»

04 Nicodème lui répliqua: «Comment un homme peut-il naître quand il est vieux? Peut-il entrer une deuxième fois dans le sein de sa mère et renaître?»

05 Jésus répondit: «Amen, amen, je te le dis: personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu.

06 Ce qui est né de la chair est chair; ce qui est né de l’Esprit est esprit.

07 Ne sois pas étonné si je t’ai dit: il vous faut naître d’en haut.

08 Le vent souffle où il veut: tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit.»

Prendre un temps de silence méditatif

Questions pour lancer votre réflexion réflexion

– Un mot ou un passage des textes proposés vous frappe-t-il particulièrement?

– Une expérience vécue, reliée à la Présence de Dieu en votre vie, vous revient-elle en mémoire?

La prochaine étape sera publiée le 15 novembre. Vous pouvez aussi l'obtenir en cliquant ICI

Merci de nous faire part de vos commentaires et suggestions à info@mauricezundel.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *