Archives pour la catégorie Texte du mois

Texte proposé sur le site un mois donné

Le problème du mal

Après la tuerie de Las Vegas, …

 

Il y a des douleurs si grandes qu’elles vous laissent sans paroles. On éprouve devant elles une sorte de honte de sa propre sécurité. On voudrait faire oublier tout ce qui n’est pas en harmonie avec la détresse dont on est témoin, on voudrait se cacher dans l’ombre d’une prière silencieuse, pour envelopper les êtres qui souffrent de la seule présence qui n’est jamais étrangère. Que leur dire qui ne sonne creux et comment leur parler de Dieu sans soulever des flots d’amertume ? S’II était vraiment une mère, est-ce qu’Il nous laisserait nous débattre dans cet océan d’agonie ? Continuer la lecture de Le problème du mal 

Marie et l’homme nouveau

Il n’y a pas encore d’humanité constituée par l’Amour

Le Christianisme nous présente un Dieu nouveau qui suppose un homme nouveau. Plutôt il nous apporte tout ensemble un Dieu nouveau et un homme nouveau.

Si nous n’avons pas compris la nouveauté de Dieu telle qu’elle resplendit dans l’humanité du Christ, c’est parce que nous n’avons pas réalisé encore l’homme nouveau. Nous sommes si loin d’être des hommes ! Continuer la lecture de Marie et l’homme nouveau 

DE CE JOUR

De ce jour lumineux dont vous m’avez fait don,

Ruisselant de soleil, aux lointains horizons

Où le regard se perd, l’âme se renouvelle,

Bleu du lac, bleu du ciel, bleus purs qui se querellent

Voulant être plus bleu encor et plus profond,

De ce jour lumineux, dont vous m’avez fait don,

Il me faut, ô mon Dieu, faire note d’abandon,

Le créer à nouveau, le placer sur les ailes

De ce mystique élan, qui, puissant, m’écartèle

Pour m’élever à vous, tel le vol du faucon.

 

De ce jour gris, chagrin, où tout me fait défaut,

Où tout est noir souci, vous m’avez fait cadeau.

Le corps se traine las, l’âme se désespère.

Pourtant vous êtes là, vous aimez comme un Père

Ce jour gris et chagrin de l’autre est le jumeau.

Des nuances du gris, je ferai un tableau

Et mon profond chagrin taillera des joyaux.

Il me faut pour cela faire acte de misère :

Vous ne refusez rien aux tristes, pauvres hères,

Ce jour deviendra doux, marqué de votre Sceau.

 

Ces mystères qu’on croit être des jours d’effroi,

Ce repos qu’on affirme être des jours de roi

Sont vie en devenir, et luttes sur la grève

(avant que d’atteindre l’Infini de nos rêves)

De notre âme soumise à Dieu… ou au Sournois

Qui pour mieux nous tenir nous met sur le pavois.

 

Le mystère des jours suspendus à la Croix

L’échelle de Jacob en est l’image brève,

Dieu nous offre ses dons et son Amour, sans trêve

Il n’est que de l’aimer dans un Acte de Foi.

Maurice Zundel

 

Accepter d’être origine

La psychologie des profondeurs nous a rendus attentifs aux traumatismes, aux blessures mentales et morales de certains enfants qui ont été refusés par leurs parents. Ce cas est devenu classique des troubles mentaux ou tout au moins des névroses qui proviennent précisément de ce que l’enfant a été refusé, de ce qu’il est né malgré la volonté de ses parents, et notamment de sa mère. Et on peut dire que Continuer la lecture de Accepter d’être origine 

La joie de la transparence

Début et fin de la conférence La joie de la transparence de Maurice Zundel à La Rochette en 1969.  (*)

 

A propos du mal dans le monde, de la douleur sous toutes ses formes, de la dégradation, nous avons remarqué que Dieu est « le Compatissant ». Si nous nous émouvons de tous les malheurs du monde, de la cruauté qui se fait jour dans la biologie sauvage – qui est souvent la nôtre -, c’est précisément parce que nous portons en nous ce Dieu compatissant, parce qu’il est tout amour, pure générosité. C’est lui qui nous inspire ce sentiment de détresse devant cet océan de malheurs et de douleurs que nous ne pourrons jamais épuiser.

Il ne suffit pas de dire que Dieu est le compatissant, d’où nous tirons tous nos sentiments de miséricorde et de fraternité, il faut dire encore qu’il est la victime. Continuer la lecture de La joie de la transparence